Retour Bivouac Belledonne 25 – 26 mai

Bivouac avec des top gens venant des quatre coins du monde à la découverte d’une partie des alpes en Belledonne. 

C’est au abord des zones humides que nous rencontrerons le casse-noix moucheté et que le soir dominant wow wow wow des aboiements nous surprendront. 

Météo: C’est d’un ciel timidement bleu que deviendra ce week-end bivouac ensoleillé digne de l’été.

Récit : 

Sortie réalisée en partenariat entre le CROUS et les club Grenoble Rando Université.

L’éco-mobilité toujours de mise avec Alpes Là !

C’est après une heure de bus que nous arrivons à 8 h 45 à la station de Chamrousse depuis la gare de Gières à Grenoble. 

Enfin tous réunis, p’tit check matériel, eau, pique-nique et matériel indispensable, puis place à la répartition équitable du matériel/nourriture commun(e). 

Personne ne se connait, tout le monde se regarde et nous voilà tous enfin prêts en direction du Lac Archard. 

Pendant que certains enlèvent une couche de vêtement après la première montée, j’en profite pour sortir la carte. 

Après quelques explications très simples, sans faire un cours de carto, les intéressés partent les yeux aux détails. 

À plusieurs reprises, je leur demande de me dire exactement où nous sommes et de se poser les bonnes questions pour se retrouver. 

Dans ce parcours, il y a des panneaux explicatifs sur la faune environnante, les zones humides et ce qu’elles englobent. Alors les questions fusent : Qui vit ici, pourquoi, de quoi se nourrissent les animaux, quand sortent-ils, comment se reproduisent-ils ? Autant de questions que de personnes intéressées. Merci pour ça. 

Puis, un casse-noix moucheté qui s’installe sur la cime d’un Pin Cembro, juste devant nous avec ces krék keuurrr krék kuerrr répété jusqu’à qu’il reprenne son envol. 

1ᵉʳ lien fort avec les zones humides, la faune et les arbres environnants. 

Nous poursuivons jusqu’au Lac Achard où il est 11h : parfait timing pour retracer le passé glaciaire de la tourbière.

Son histoire, sa formation, mais surtout permettre aux gens de comprendre quels sont leurs rôles principaux, quel est leur pouvoir pour lutter contre l’exploitation de celle-ci.

Classé Espace Naturel Sensible, aussi, dans le réseau Natura 2000. Interdictions et protection seront abordés. 

C’est un bon groupe, belle cohésion, nous irons jusqu’au col de l’infernet.

Hé Paf, qui Voilà : 

Nos amis mâles à grandes Cornes les “Bouquetins”. Observation jumelle puis de plus près par la suite. 

Après le repas, nous descendons tranquillement sur 8 km, en longeant les autres zones humides avec quelques interventions de Claire Le Fur sur la Flore locale. 

Nous avons des tentes, mais nous avions prévu dans le cas du mauvais temps, une cabane occupée par des jeunes voulant faire la teuf. Après discussions, nous avons six bières offertes avec un Bivouac dans un coin cocooning que Claire nous dégote quatre pas plus loin. Clairière parfaite. 

Together: Installation de Tente, feu de camp, préparation de nourriture, d’apéro… une ambiance comme on les aime. 

Des jeux sont par la suite proposés, une belle atmosphère dans un climat doux. 

Dodo chacun notre tour, c’est vers 1 h 30 que nous entendons les WOw Wow Wow de notre ami renard qu’au matin certain aurait confondu avec le Gros WoW du chevreuil. 

Étant dehors, je peux vous dire que c’était moi la cible. Si les deux souhaitent effrayer leur adversaire à travers les aboiements. Ça pourrait bien marcher.  

Un bon p’tit dej, un échauffement qui nous mettra en jambes pour aller jusqu’aux Marais des Seiglières. Et pour finir un superbe panorama sur le Vercors et la Chartreuse.

Merci à tous pour votre confiance et ces moments partagés. Que ce soit les adhérents de l’asso, les piliers de celle-ci. 

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *