La crête de l’Aubeyron avec vue panoramique sur le Mont-Aiguille et découverte de fossiles

Ce samedi 20 novembre, sous un soleil digne d’une fin d’été, notre petit groupe de 12 randonneurs s’est rendu dans le sud du Vercors, à la frontière avec le Trièves, pour faire une traversée des crêtes du Rocher de l’Aubeyron.

Encore une rando écolo, 100% sans voiture au départ de Grenoble:) ! Nous avons pris le bus samedi matin en direction de Mens pour rejoindre le départ de la randonnée à Saint-Michel-les-Portes. De là nous avons grimpé au cœur du bois de la Fayolle, avec quelques portions assez raides notamment sous quelques falaises de calcaire peu propices à la pause. Nous sommes ensuite arrivés au col de Papavet, presque 500 m plus haut que notre point de départ. De là, la vue sur le Mont-Aiguille est assez impressionnante. On a pu parler de son histoire et observer au même endroit des crottes de loups, si si !

La montée n’était pas terminée puisque nous devions encore atteindre le sommet du rocher de l’Aubeyron situé quelques 300 mètres plus haut. Mais le groupe a avalé la montée en découvrant au passage de nombreux fossiles d’ammonites, datant de -150 à -100 millions d’années, ère à laquelle les crêtes que nous foulions n’étaient qu’une mer chaude et peu profonde !

On a pris notre pique-nique au sommet de l’Aubeyron, au soleil et sous la chaleur du mois de novembre, le Mont-Aiguille et le Grand Veymont en face de nous, le massif des Écrins dans notre dos. Après la micro-sieste, le groupe est reparti sur les crêtes, en passant par le Goutaroux puis en redescendant sur un petit sentier assez raide (et glissant aussi) jusqu’au hameau de Trézanne. On y a visité une petite chapelle exceptionnelle au toit en chaume, en se retenant de ne pas faire sonner la cloche même si la corde qui pendait était très tentante !

La sieste

Puis nous avons pris la direction de la gare de Clelles-Mens, d’où nous devions prendre le train pour rentrer à Grenoble. Il a fallu finir la rando un petit peu en mode trail pour ne pas rater le train, dans lequel nous sommes montés tout juste 2 minutes avant le départ, ouf ! Cette ligne de train entre Grenoble et Gap a été sauvée de fermeture il y a peu, grâce à la mobilisation d’un collectif citoyen, mais malheureusement entre en travaux pour un an en 2022. Les trains seront cependant remplacés par des cars.

Encore une très belle journée de rando facilement accessible en transports en commun depuis Grenoble, qui nous a en plus permis de sortir de la grisaille automnale et de profiter d’un franc soleil réconfortant !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *